Votre façon de boire a son importance !

Une consommation de vin modérée et régulière peut, à plusieurs égards, s’avérer bénéfique pour la santé des adultes. En revanche, le risque augmente de façon drastique à chaque verre consommé au-delà du seuil de modération ! Consommer plus d’alcool qu’il n’est recommandé n’apportera aucun bénéfice supplémentaire, mais aggravera les préjudices.

Toutefois, lorsque l’on considère les implications des boissons alcoolisées sur la santé, il convient de se référer non seulement à la quantité absorbée, mais également au schéma de consommation.


Il est ainsi préférable de boire modérément et régulièrement pendant les repas que d’ingérer la même quantité d’alcool en une seule fois. Les jeunes, les personnes sous certaines médications ou présentant des antécédents de dépendance ainsi que les femmes enceintes sont exclus de cette recommandation et devraient s’abstenir de boire de l’alcool.


De nombreux rapports indiquent que, bien que la région du bassin méditerranéen européen compte le taux de consommation d’alcool le plus élevé par habitant, les habitudes de consommation qui y sont observées entraînent moins de risques pour la santé. De fait, les habitudes de consommation nocives sont considérablement moins courantes dans les pays où la production de vin prédomine, où le vin est consommé plus régulièrement et presque exclusivement lors des repas à la maison, jamais sans manger, ni dans les bars/restaurants et où le volume d’alcool absorbé tend à être beaucoup plus faible. Au contraire, les pays nordiques (par exemple, le Royaume-Uni et l’Irlande) présentent les taux les plus élevés de « binge drinking ».


En outre, il est de plus en plus prouvé que le régime méditerranéen est bénéfique pour la santé. Un tel régime se caractérise par une consommation élevée de légumes, de fruits et de noix, de céréales peu transformées, par une consommation modérément élevée de poisson, une consommation importante d’huile d’olive, une consommation faible à modérée de produits laitiers, une faible consommation de viandes et, enfin, une consommation régulière mais modérée de vin.


Traditionnellement, la plupart des cultures européennes considèrent le vin comme un choix raffiné, un point de vue cohérent avec une consommation modérée. Si la consommation de vin dans l’UE a considérablement diminué au cours des 20 dernières années, on a cependant constaté une augmentation progressive de l’abus de boissons alcoolisées chez les jeunes, notamment sous la forme du « binge drinking ».


Cette tendance met en exergue l’importance des habitudes en matière de consommation d’alcool et la nécessité de promouvoir la responsabilité et la modération lors de la consommation de boissons alcoolisées.


Les gouvernements ont fixé des directives de consommation d’alcool à faible risque afin de minimiser tout préjudice potentiel au corps humain et de maximiser les bénéfices éventuels. Certaines de ces directives recommandent aux consommateurs de boire en mangeant, d’alterner les boissons alcoolisées et non alcoolisées et de « régler le rythme » de la consommation.


Si vous désirez de plus amples informations sur les habitudes en matière de consommation de vin et de ses effets sur la santé, n’hésitez pas à consulter le site www.wineinformationcouncil.eu

Consultez toujours votre médecin spécialiste ou de famille en cas de doute et pour toute question concernant votre consommation d’alcool et votre santé.
-- | Modération
Comprendre les disparités de consommation entre les régions et les peuples européens
Traditionnellement, la plupart des cultures européennes considèrent le vin comme un choix raffiné, un point de vue qui est compatible avec une consommation modérée.
Share on Facebook Share on twitter Share on google plus Pin It e-mail