Lignes directrices pour une consommation modérée à faible risque

Effets néfastes d'une consommation abusive


En cas de consommation excessive de boissons alcoolisées, l’on s’expose davantage à une vaste série de facteurs de risque, le risque augmentant proportionnellement au volume d’alcool consommé. Il est par conséquent essentiel de prévenir toute consommation abusive, engagement qui a d’ailleurs été pris par le secteur vitivinicole.


Évaluation des coûts sanitaires et sociaux


Les dommages liés à la consommation abusive et immodérée d’alcool sont extrêmement préoccupants. La consommation nocive et dangereuse d’alcool est l’une des principales causes de décès prématuré et de maladies évitables. Parmi les jeunes hommes un décès sur quatre – contre un sur dix chez les jeunes femmes – est lié à une consommation nocive de boissons alcoolisées.

La consommation abusive d’alcool a également été associée à une série de maladies chroniques à long terme qui altèrent la qualité de la vie. Ces maladies incluent l’hypertension, les problèmes cardiovasculaires, la cirrhose du foie, la dépendance à l’alcool, différents types de cancer, les lésions cérébrales causées par l’alcool et divers autres problèmes.

Outre les problèmes de santé résultant d’une consommation excessive d’alcool, il faut également tenir compte des conséquences sociales aussi bien pour les buveurs que pour les autres acteurs de la société. Font partie de ces conséquences les préjudices à l’égard des membres de la famille (y compris à l’égard des enfants), des amis et collègues ainsi qu’à l’égard des passants et des inconnus ou, en d’autres termes, le harcèlement par des sujets en état d’ébriété. La consommation immodérée d’alcool influe également sur la vie professionnelle, près de 5% d’hommes et 2% de femmes dans l’UE-15 mentionnant l’impact négatif de l’alcool sur leur travail ou leurs études.

Share on Facebook Share on twitter Share on google plus Pin It e-mail